Côte d’Ivoire-Les vérités crues du Ministre de la Réconciliation Nationale Kouadio Konan Bertin depuis les Etats-Unis : « Les gens n’ont pas su comment on gère un pays »

Côte d’Ivoire-Les vérités crues du Ministre de la Réconciliation Nationale Kouadio Konan Bertin depuis les Etats-Unis : « Les gens n’ont pas su comment on gère un pays »

Kouadio Konan Bertin est en ce moment aux Etats-Unis. Lors d’une rencontre avec les Ivoiriens de la diaspora à Washington, il a lâché certaines vérités crues. Prenant pour prétexte la question à lui posée à propos de la détention de Pulchérie Gbalet, leader et militante d’un mouvement de la société civile, voici ce qu’il a dit : « Vous dites, non, Pulchérie Gbalet a été arrêtée. Et donc de ce fait, vu que vous vous reconnaissez en elle, du coup, vous vous retirez du processus de réconciliation nationale. Dans ce cas, faites exactement ce que Pulchérie a fait. Nous disons que 46 de nos soldats sont pris en otages. La situation est confuse. Le pays se bat. A tout moment, nos frontières peuvent être attaquées. C’est dans cette situation que des personnes viennent jouer aux trouble fêtes. Lorsque vous êtes à bord d’une voiture, et qu’il pleut, on se sert des essuie glaces afin d’avoir une bonne visibilité. Quand on a fait le dialogue politique… Il faut savoir identifier les combats à mener.

Lire aussi : People-Politique-Confidences-Voici le groupe ethnique auquel appartenait la gouvernante du président Alassane Ouattara

Nous avons 46 de nos soldats qui sont aux mains des Maliens. Chaque matin, lorsque les maliens se réveillent, ils se mobilisent afin de soutenir leurs leaders dans leur dynamique. Nous, nous sommes là, nous observons afin de trouver des solutions à l’équation qui se pose à nous. Ce n’est pas le moment de venir jouer les trouble fêtes afin de perturber et brouiller les pistes pour que quelque chose vienne nous surprendre. Tous ceux qui, par le passé n’ont pas eu cette vigilance, qu’est ce qui leur est arrivé. Si des gens auparavant n’ont pas su comment on gère un pays, il faut qu’ils prennent note. J’évite que par des légèretés, on mette en danger la vie de 30 millions d’Ivoiriens. Il y’a des dossiers beaucoup plus sérieux que ça. Venez à Abidjan, pour voir le combat que nous menons au quotidien pour contenir le djihadisme. Vous avez des villages entiers qui sont envahis par des étrangers dont on ne connait pas la bonne foi. La situation commande qu’on soit solide. L’heure est à la cohésion, à la solidarité. Soyons unis. Regardons autour de nous. Ce qui compte, c’est que le pays soit d’abord debout… »

CATÉGORIES
TAGS
Partager sur :

COMMENTAIRES

Wordpress (0)